Amaury Faye & Rémi Panossian

Jeudi 15 novembre 2018 à 19h30
Sciences Po Bordeaux

Amaury Faye
Considéré comme l’un des pianistes les plus prometteurs sur la scène actuelle, Amaury est l’un des fers de lance de la nouvelle génération de jazzmen français. Les nombreuses récompenses qu’il a reçues entre 2015 et 2017 (lauréat Jazz à Vienne 2016, Prix d’Instrumentiste au Tremplin International de Jazz d’Avignon 2017, ou encore le Prix du Public et Second Prix du Jury au International Biberacher Jazzpreis 2016 en Allemagne) confirment sa réputation d’improvisateur et compositeur.

Sideman et soliste, c’est à la tête de son trio qu’il donne le meilleur de lui-même, renouvelant avec ses deux acolytes, le bassiste Louis Navarro et le batteur Théo Lanau, l’une des formules les plus nobles du jazz.

Parallèlement à son trio, Amaury est membre d’un collectif français, Initiative H, dont la réputation augmente de plus en plus en Europe. Fondé et dirigé par le saxophoniste français David Haudrechy (Archie Shepp, Rick Margitza), cet ensemble de 12 musiciens a sorti un premier album (Deus Ex Machina, Neuklang 2013), album ayant obtenu le prix « Révélation! » de la revue Jazz Magazine/Jazzman suivi d’un deuxième (Darkwave, Neuklang 2015) avec en invités quelques un des plus illustres jazzmen de la scène française actuelle. Acclamé par le public et les médias, ce projet et le résultat d’un processus de création unique et de très haut niveau façonné par David Haudrechy et exécuté par ses musiciens. L’ensemble a ainsi pu se hisser notamment en finale de l’un des meilleurs concours de jazz européens, le Concours National de La Défense (Paris) en 2013.

En 2014, Amaury est parti à Boston pour intégrer l’école de Berklee. Son entrée remarquée lui a permis d’étudier d’entrée avec des musiciens mondialement renommés tels que la légendaire pianiste et NEA Jazzmaster Joanne Brackeen (Joe Henderson, Stan Getz, Dexter Gordon, The Jazz Messengers) ou encore Tia Fuller (Christian McBride, Esperanza Spalding, Joe Lovano, Terri Lyne Carrington). En Mars 2015, Amaury Faye a reçu le Berklee Jazz Performance Award qui désigne le meilleur pianiste de l’année. Etre un disciple de Joanne Brackeen a été une expérience unique et extraordinaire lui permettant de jouer et penser son art à un très haut niveau.

Depuis 2015, Amaury s’est installé à Bruxelles, entamant un nouveau chapitre dans sa carrière en fondant un nouveau trio incluant Louis Navarro à la contrebasse et Théo Lanau à la batterie. Dans les mois suivants, ils se sont imposés comme une véritable révélation sur la scène jazz européenne en remportant successivement 5 récompenses sur des compétitions nationales et internationales. Depuis le trio a commencé à tourner entre la Belgique, la France et le Canada et a gagné en Août 2017 le prix « Révélation! » de la revue Jazz Magazine/Jazzman pour son premier album Clearway(PIAS/Jazz Village – 2017).

Si la musique d’Amaury Faye appartient essentiellement à la catégorie du « jazz mainstream », il peut-être difficile d’être plus spécifique, tant est la richesse et la diversité des influences qui la caractérisent, allant du classique au jazz, de la pop au rock ou au blues.

La personnalité d’Amaury Faye est à multiples facettes. Il est en premier lieu un improvisateur et cherche constamment un nouveau chemin au cours de ses différents morceaux. La surprise, l’idée spontanée, sont au coeur de son discours et donnent aux musiciens toujours plus de nouvelles pistes à explorer ensemble. À cette dimension libre vient alors se lier une autre: celle de l’écriture. Amaury a développé dans ses improvisations un sens de la construction, une capacité à élaborer une forme claire dans son discours en sachant contrôler et juxtaposer le son, la virtuosité, la complexité et la simplicité. Une philosophie de jeu qu’il tient de ses influences, aussi bien les compositeurs classiques que les grands improvisateurs. L’attention qu’il accorde ainsi à l’architecture de chaque pièce, mélangeant l’écriture et l’improvisation, jouant sur les idées et les climats, donnent à sa musique une forte expressivité et une identité singulière.

Rémi Panossian
Né le 7 mars 1983 à Montpellier, Rémi Panossian débute le piano en 1990. Trois ans plus tard il découvre l’univers du jazz en assistant à un concert de Michel Petrucciani.

Ancien élève du Jam à Montpellier, il rejoint Toulouse afin d’y poursuivre ses études musicales.

Apres de multiples expériences personnelles et communes Remi Panossian (piano), Maxime Delporte (contrebasse)et Frédéric Petitprez (batterie) commence l’aventure en trio fin 2009 .

Le trio sort son premier album « Add Fiction » début 2011 qui est très bien accueilli internationalement par la presse et le public. Ces trois musiciens sont amis depuis longtemps ce qui permet au trio de devenir immédiatement un véritable Groupe! Cette unité est une grande force pour leur musique qui mélange énergie rock et lyrisme mélodique.

Le Trio a été élu « Révélation de l’année 2011 » par la radio « TSF Jazz » et par la même occasion invité à se produire à l’Olympia pour la soirée « You and the night and the music ».

En 8 ans le trio a effectué plus de 400 concerts dans 35 pays. Notamment sur des scènes telles que (Tokyo jazz festival, Montréal jazz festival, Jarasum Jazz festival, Taichung Jazz festival, Enjoy Jazz festival, New morning, le Café de la Danse, Jazz à Juan, Jazz sur son 31, Duc des lombards, le JAM,Jazz in Marciac, Jazz à l’étage, Nancy jazz pulsation, Vladivostok Jazz festival, …)

Leur 3eme album produit par Eric Legnini est sorti en septembre 2015 et a reçu un accueil excellent de la part du public et de la presse, tout comme « Morning smile » leur dernier album en date sorti en octobre 2017 entourés d’une pléiade d’invités.

Rémi Panossian sort son premier album solo « DO » en février 2018

Do, la note…

Do signifie « l’île » en coréen, « la voie » en japonais, « je donne » en italien, « accomplir » en anglais…

Autant de sens à ce mot, autant de résonances intérieures en Rémi Panossian pour cette nouvelle aventure.

Pendant 12 ans, quand il n’était pas en tournée à travers le monde avec son trio RP3, Rémi se produisait tous les mardis en piano solo dans le club « le Rest’O Jazz » à Toulouse. En 2016, Rémi part se produire seul au piano en Asie ; l’envie de graver cette musique grandit.

Fin 2016, le Rest’O Jazz, cette deuxième maison, ces 12 ans d’amitiés, de rencontres, et d’anecdotes annonce à Rémi sa fermeture définitive à l’été 2017. La décision est prise d’enregistrer le solo dans ce lieu chargé de souvenirs avant sa disparition.

Pour rester au plus proche de cette forme intime, il s’entoure de son ami et complice de longue date le trompettiste et compositeur Nicolas Gardel à qui il confie la direction artistique.

Ensemble, ils décident d’enregistrer live, sans retouches, pour rester au plus près de l’émotion.

Amoureux des mélodies, ses lives sont énergiques, envoûtants, organiques. Sur scène il donne vie à sa musique, entre douceur poétique, références rock et envolées lyriques.

Carte blanche jazz à 2 pianos